Correcteurs sur le gril 1/2

IMAGE-GENERALE-ORTHOGRAPHEPour les correcteurs d’orthographe, il y a un choix : opter par défaut pour le correcteur intégré à votre traitement de texte ou adopter l’un des deux King-Kong de la correction. Il s’agit de Cordial 2013 (PC et PC/Mac pour la version pro), réalisé à Toulouse par l’équipe de Synapse, ou Antidote 8 (PC ou Mac), conçu au Canada par la société Druide. Ces produits étant relativement chers (59 euros pour la version de base de Cordial, 119 euros pour Antidote), mieux vaut choisir celui qui corrige le plus de fautes, mais aussi celui qui offre aux rédacteurs de tous horizons des outils performants non seulement pour évaluer leurs textes, mais aussi pour les améliorer, voire même, pourquoi pas, affermir son orthographe. La chose paraît vraiment nécessaire aujourd’hui, à en juger, par exemple, au nombre invraisemblable de communiqués de presse massacrés par des fautes d’orthographe.

Pour évaluer les correcteurs, nous avons confronté les toutes dernières versions de Cordial, d’Antidote ainsi que le correcteur de base de Word (version 2010) à un long texte (environ 8 000 caractères). Cet écrit, brouillon d’un reportage en Corée du Sud pour L’Équipe magazine, a été truffé de fautes (69 en tout) variées : orthographe, accord… Pour faire bonne mesure, on a aussi rajouté quinze erreurs typographiques basiques (ex. pas d’espace après une virgule). Le texte était par ailleurs assez piégeux puisqu’il comportait beaucoup d’incises pas toujours bien placées ou claires, pas mal de noms propres, des américanismes ainsi que quelques marques.

compose_128pxMise à jour 1 (décembre 2013) : Cordial venant de lancer une version améliorée de son correcteur et Antidote ayant patché d’importance le sien, un match retour s’imposait. Si les constatations liminaires ci-dessous sont toujours d’actualité, pour retrouver statistiques et conseils merci de cliquer ici. Mise à jour 2 (2016) : Les cartes sont complètement rebattues entre les nouvelles versions des correcteurs. Pour lire un test complet d’Antidote 9, merci de cliquer ici. Une évaluation de Cordial 21 est lisible par ailleurs en cliquant là.

 

 

 

Avant d’entrer dans le détail, quelques constatations :

Protection

Cordial et Antidote s’installent sans souci. Mais pour protéger leur rude travail, les deux éditeurs imposent à l’utilisateur de prendre contact avec eux (par mail) afin de donner un numéro de série débloquant toutes les fonctions. La procédure est indolore et extrêmement rapide.

Intégration

Cordial s’intègre directement – autrement dit, il se greffe – dans des traitements de texte comme Word ou la suite bureautique gratuite Open Office. Lors de l’installation, Cordial remplace donc le module de correction orthographique prévu, par exemple, par Microsoft. Nul besoin dès lors de faire un copier-coller du texte dans le correcteur puis de rapatrier le texte une fois corrigé. Il est aussi inutile de corriger le texte via Word puis de comparer avec une correction réalisée par Cordial lui-même : c’est exactement la même ! Antidote, lui fonctionne différemment : on accède au correcteur via une barre d’outils greffée au traitement de texte, mais le module initial de correction reste en place.

Traque

Malgré leur efficacité, que nous allons tester, Cordial et Druide ne pourront jamais vous garantir un zéro faute. Les développeurs des deux logiciels nous l’ont confirmé : la correction parfaite n’existe pas. Synapse et Druide travaillent par contre d’arrache-pied à traquer les « faux positifs » autrement dit le signalement de fautes qui n’en sont pas.

Automatique

Les correcteurs proposent soit une correction manuelle – l’utilisateur doit prendre une décision en fonction des détections et conseils – soit semi ou totalement automatique. Un conseil : oubliez les options semi ou totalement automatiques qui n’offrent pas de bons résultats. Optez systématiquement pour la correction manuelle (qui seule a été prise en compte dans les statistiques du test).

Cordial demarrage

Cordial (ici) ou Antidote s’intègrent parfaitement à votre traitement de texte. Mais il faut oublier d’emblée les possibilités de correction automatique, moins performantes que la correction manuelle.

 

Couteau suisse

Chaque logiciel, outre son aspect purement correctif, est accompagné d’un ensemble d’outils (dictionnaires, analyse de texte, etc…) pensés pour s’adapter au rédacteur et l’aider plus en profondeur. Nous reviendrons dessus dans la seconde partie avant d’élire le vainqueur du match.

 

Présentation

jaquette Cordial

CORDIAL

Le correcteur propose, dans une petite fenêtre, une correction phrase par phrase ou erreur par erreur, celles-ci étant indiquées en rouge (ou vert pour la grammaire). D’un point de vue pratique on constate que, si les erreurs d’orthographe sont expliquées immédiatement (laissant ainsi au rédacteur toute latitude pour corriger ou non), une incertitude grammaticale pourra imposer à l’occasion un clic supplémentaire pour accéder à l’« explication » d’une règle. Les aspects stylistiques sont traités par un autre module du correcteur et n’entrent pas d’emblée en jeu. De prime abord, on est donc uniquement dans l’orthographe et la grammaire. L’aspect général du correcteur est peu perturbant, il ressemble fort à la correction intégrée à Word. On peut lui trouver un air un peu vieillot – mais c’est une opinion subjective. L’image ci-dessous est cliquable.

Test cordial correction manuelle phrase gram et ortho

jaquette Antidote

ANTIDOTE

Antidote affiche d’un coup à l’écran l’ensemble du texte. Les erreurs et incertitudes sont soulignées avec différentes couleurs (rouge pour les erreurs certaines ou très probables, orange pour les incertitudes). La correction porte immédiatement sur l’ensemble des aspects du texte, tant en termes d’orthographe, que de grammaire ou de style avec des explications immédiatement accessibles. Il suffit de survoler avec la souris le surlignement rouge ou orange pour accéder à des explications immédiates. L’aspect est moderne – un avis lui aussi subjectif – même si l’accès à un texte constellé de surlignements de couleurs peut s’avérer un peu effrayant voire, raviver de douloureux souvenirs scolaires à certains anciens cancres… L’image ci-dessous est cliquable.

fenetre correction Antidote

 

Résultats bruts

Correction Word préinstallée (version Word 2010)Logo Word

STATISTIQUES

Fautes d’orthographe et de grammaire corrigées : 36/69

Erreurs typographiques corrigées : 5

Faux positifs (erreurs signalées à tort) 2

Fautes oubliées  : 33

BILAN

Efficacité de la correction (orthographe et grammaire) : 52,17 %

Un bilan très médiocre… auquel il fallait s’attendre. Presque une faute sur deux est oubliée par le correcteur intégré ! L’efficacité dégringole encore au point de vue des erreurs typographiques puisqu’à peine plus de 15 % sont détectées. Seule satisfaction : une faible quantité de faux positifs. Les erreurs signalées sont donc, presque à coup sûr, des erreurs. C’est bien, mais c’est trop peu !

 Cordial 2013

jaquette Cordial

STATISTIQUES CORDIAL 2013

Fautes d’orthographe et de grammaire corrigées : 57/69

Erreurs typographiques corrigées : 14

Faux positifs (erreurs signalées à tort) : 9

Fautes oubliées : 12

BILAN BRUT CORDIAL 2013

Efficacité de la correction (orthographe et grammaire) : 82,60 %

Comparé au correcteur intégré, le bilan de Cordial est bon… mais aussi étrange. Dans une première correction, Cordial n’a en effet repéré que 39 fautes (orthographe et grammaire) et 10 erreurs typographiques ! Devant l’énormité de certains oublis – que les versions antérieures du logiciel n’auraient pas laissé passer – nous avons demandé à Cordial de corriger sa propre correction. Résultat : 18 fautes (!) supplémentaires trouvées et 4 erreurs typographiques en plus. Le bilan est donc bon, mais il a fallu deux passages. S’il reste peu de fautes dans notre texte test, certaines font quand même grincer des dents, par exemple « … depui la sortie en 1999 du premier jeu éponime. » La chose est d’autant plus étrange que si l’on autorise à Cordial un troisième passage, il « voit » certaines fautes qui lui avaient échappé comme les deux citées précédemment. Pour des raisons de parités avec Antidote, nous n’avons pas comptabilisé les résultats de ce troisième passage. On note enfin que Cordial n’oublie qu’une seule erreur typographique. Image cliquable ci-dessous.

Correction d'une phrase complexe par Cordial

Correction d’une phrase complexe par Cordial

 

Antidote 8

jaquette Antidote

STATISTIQUES ANTIDOTE 8

Fautes d’orthographe et typographiques corrigées : 60/69

Erreurs typographiques corrigées : 15

Faux positifs (erreurs signalées à tort) : 5

Fautes oubliées : 9

BILAN BRUT ANTIDOTE 8

Efficacité de la correction (orthographe et grammaire) : 86,55 %

Un bilan d’autant plus excellent (quasiment 9 fautes sur 10 sont corrigées) qu’Antidote annonce très peu de faux positifs. Il s’avère supérieur, car Antidote n’a fait qu’un seul passage contrairement à Cordial (voir ci-dessus). Lors de ce test, Antidote s’est donc avéré plus fiable et n’a pas « oublié » une seule des erreurs typographiques que nous avions placées. Si le logiciel a un doute sur une correction potentielle, il l’indique clairement (voir image ci-dessous), laissant à l’utilisateur le loisir de se concentrer sur la faute et de la corriger si besoin est. Antidote trahit cependant ses origines canadiennes avec une surveillance obstinée – et un brin tatillonne – de tous les anglicismes. Lorsqu’il est débordé par le nombre de fautes dans une phrase, le logiciel laisse, à l’occasion, passer des énormités telles cette étrange « Coré du sud. » Mais la chose est très rare. L’image ci-dessous est cliquable.

précision grammaire Antidote

À la mi-temps, Antidote domine clairement. Certes, ses résultats sont finalement assez proches de ceux de Cordial, mais le correcteur toulousain est pénalisé par un fonctionnement un peu erratique. Ces résultats bruts doivent toutefois être modulés aussi en fonction des nombreux outils d’assistance voire même de conseil à la rédaction que procurent les deux correcteurs. Rendez-vous ici pour décryptage de ces fonctions ainsi qu’un bilan définitif.

Author: François

Share This Post On

12 Comments

  1. J’ai la version Cordial Pro 2013 ainsi que Antdote 8 v.3, installés sur Windows 7 64bits édition familiale.
    Je rencontre des problèmes majeurs avec Cordial et j’aimerais que la suite ou mise à jour de cet article soit publiée le plus rapidement possible.
    Merci

    Post a Reply
    • Ca sera fait d’ici la fin de la journée ! 😉 Je me dois toutefois de vous indiquer que mon test s’est déroulé lui aussi sur Windows 7 mais sur une version 32 bits.
      Le problème vient peut-être du fait que les deux correcteurs s’intègrent à d’autres logiciels (Word, navigateur internet…). Ce processus, relancé à chaque lancement de machine, est peut-être à l’origine de vos déboires si les deux correcteurs cohabitent sur votre machine et envoient en parallèle leurs instructions. Pour le test, je n’ai jamais fait cohabiter Cordial et Antidote afin d’éviter tout conflit.
      Je ne peux en tout cas que vous enjoindre à vous approcher du support technique de Cordial, très réactif et joignable à cette adresse : http://www.synapse-fr.com/support.htm

      Post a Reply
  2. J’utilise Cordial depuis le début des années 2000, d’abord en version standard, puis rapidement en version pro. Initialement, il s’agissait d’un logiciel intéressant, la personne qui assurait la maintenance (décédée depuis) était réactive est passionnée. On comprenait bien les difficultés initiales pour intégrer Cordial à la suite Office.
    En 2015, j’ai toujours Cordial, la version 20 pro, je l’utilise de moins en moins, malgré mes besoins. L’interface n’a pas beaucoup évolué, le confort de correction n’a pas du tout progressé, y compris sous Word (notamment les limites concernant l’édition pour la modification du texte en cours de correction), le paramétrage reste assez compliqué. Bref, il s’agit d’un logiciel qui vit sur ses acquis (développeurs initiaux). Ses imperfections initiales sont désormais de véritables carences ergonomiques. Pourtant Cordial pro coûte actuellement 189 euros !
    Parallèlement, les « services » précédemment gratuits deviennent payants. Ce qui me semble le plus comique, c’est que Cordial, au lieu de chercher à améliorer l’ergonomie de son logiciel, vend pour 50 euros une « formation à distance »…
    Bref, on l’a compris, la politique de Synapse, l’éditeur, est depuis quelques années déjà de presser le citron !
    Je corrige mon message avec Cordial, mais sans illusions, il a me propose seulement de remplacer euros pour le symbole monétaire… On l’a bien compris, Cordial veut des euros et rien d’autre !

    Post a Reply
    • Je respecte totalement votre opinion mais permettez-moi de ne pas partager votre avis sur le manque d’évolution du logiciel. Effectivement, Cordial vivait sur des acquis côté ergonomie depuis un moment mais, à mon sens, la dernière version a fait de gros progrès en ce domaine. Concernant le paramétrage, il ne m’a pas paru spécialement complexe mais impose – la chose est aussi vrai aussi sur Antidote – un peu de temps pour le réglage pointu. Un aspect sur lequel Synapse (Cordial) et Druide (Antidote) devraient par contre travailler selon moi est une meilleure intégration avec des traitements de texte plus légers que Word type Libreoffice. Les deux logiciels vont/ont publié une nouvelle version. Ce sera l’occasion de voir prochainement comment tout cela a évolué… Merci quoiqu’il en soit pour votre message.

      Post a Reply
  3. C’est amusant un article qui traite des correcteurs d’orthographe… avec des fautes d’orthographe !

    Post a Reply
    • Cher Maquisard, des fautes ont peut-être et même sans doute échappé à ma vigilance.
      Je vous remercie en tout cas pour ce commentaire constructif qui fait honneur à mon travail et à l’outil comparatif honnête que j’ai essayé de mettre en place ici.

      Post a Reply
      • Je viens de passer à El Capitan avec mon Mac, du coup, Cordial ne fonctionne plus. Je prends contact et l’on me dit qu’il faut tout désinstaller et réinstaller la dernière version. Je Choisis l’option familiale, étant à la retraite, et pensant payer juste une mise à jour par rapport à l’ancienne version. Et surprise, je me retrouve avec une version Mickey Mouse, rien à voir avec ce que j’avais auparavant : un dictionnaire très décevant pour ne pas dire déficient (des définitions très succinctes pour certains mots un peu rares (noliser, contumélieusement, prétintaille…), sachant que l’on utilise rarement Cordial pour trouver un mot simple, plus aucune citation, plus d’accès aux trois dictionnaires, (le TLF de l’ancienne version si utile !), bref, un truc pour collégien ou étranger. On va sans doute me répondre qu’il fallait prendre la version pro, ce qui revient à dire que je dois racheter plein pot le programme ?
        Leur site devrait mieux expliquer la différence entre les deux versions : ce n’est pas clair du tout, et c’est regrettable.
        Et pour les heureux propriétaires d’un Mac, sachez que si vous installez El Capitan vous perdrez Cordial !
        Je ne manquerai pas de vous tenir informé de la position de Cordial sur cette mise à niveau « par le bas »…
        Malgré tout, cordialement,
        Reginald GROUX

        Post a Reply
        • J’avais moi aussi observé que le logiciel peine à fonctionner en cas de changement d’OS ou même de modification importante sur les traitement de texte. Quant à ce que vous signalez, cette étrange épuration de la version Référence, je vérifierai auprès de l’éditeur (notamment pour le TLF) dont je testerai prochainement le nouveau Cordial mais en version pro.
          Au risque de vous contredire, j’ai néanmoins trouvé sans problème, et sans aucune recherche complexe, un tableau récapitulatif des différences de fonctionnalités entre la version basique (référence) et pro de Cordial sur le site dédié au correcteur.
          Quoi qu’il en soit un grand merci pour votre témoignage.

          Post a Reply
  4. Bonjour,

    Corriger, c’est bien…
    Si je peux me permettre, il faut corriger « sur le grill », c’est une faute d’orthographe :
    l’ustensile de cuisine à tiges métalliques parallèles et rapprochées est un gril, un seul l (http://www.cnrtl.fr/definition/gril) ;
    un grill, avec deux l, est un restaurant à grillades, le mot étant emprunté à l’anglais (http://www.cnrtl.fr/definition/grill).

    Post a Reply
    • Bonsoir,
      vous avez mille fois raison, je me suis fait avoir comme un bleu par ce beau paronyme ! Je corrige de suite. Merci pour votre vigilance !

      Post a Reply

Trackbacks/Pingbacks

  1. Correcteurs sur le grill 2/2 | L'OEIL A VIF - un blog par François Coulaud - [...] Correcteurs sur le grill 1/2 [...]
  2. Correcteurs d’orthographe, match retour | L'OEIL A VIF – un blog par François Coulaud - […] aux traitements de texte comme Word (nous avions testé son « efficacité » ici) qui choisir entre les deux correcteurs les…

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This