Luther: 1+1=3

Pitch : Luther, un brillant policier britannique, voit ses enquêtes sur des crimes en série parasitées par ses tentatives désespérées pour reconquérir la femme de sa vie.

Luther, diffusé d’abord par Canal + et depuis début février par France Ô, est un défi au bon sens. Une sorte d’opération mathématique, apparemment parfaite, qui aboutit à un résultat inattendu. Pris isolément, chaque élément paraît prometteur. Le héros ? Un policier atypique et tourmenté se fiant moins à la science ou à une laborieuse enquête qu’à ses intuitions et à ses observations. Un vent frais après des années de gros plans sur les machines high-tech des Experts ! Un tandem d’enquêteur disparate ? La recette est déjà vue, mais ici elle réunit ledit flic (Luther) à une tueuse perverse et supérieurement intelligente (incarnée par Ruth Wilson) qu’il n’a pas réussi à coincer ! Une ambiance glauque façon Le silence des agneaux ? La série est, certes, peuplée de criminels gratinés mais aucun d’eux ne vole la vedette au héros secoué par d’intenses tourments amoureux. Et puis, on l’a dit ici, un interprète hors norme (Idris Elba), véritable Mozart du suggéré et du demi-mot, qui, avec Luther, compose un personnage majeur…

Que du bon donc ! Dès lors, comment expliquer qu’avec autant d’atouts dans la manche, Luther parvienne à quitter la table de jeu les poches presques vides  ? Pourquoi ici 1+1 n’aboutit pas à 2 ?

C’est que la série a été victime de deux vices funestes : la formule et le temps. Pour la formule, on constate très vite dans la saison 1 que Luther et ses assassins en série fonctionnent suivant des points de vue incompatibles. Si John Luther, merci encore Idris Elba, se révèle un trésor de héros subtil et humain, les criminels qu’il affronte ressemblent en revanche plus à des méchants de comics qu’à des prédateurs réalistes. L’autre vice fatal de Luther est son timing très court (6 épisodes en première saison). Non seulement les personnages n’ont pas le temps de s’installer, mais le créateur de la série, le romancier Neil Cross – qui a déjà bossé sur l’excellente série MI-5 – paraît prendre d’un coup, mais un peu tard, conscience que sa série repose sur une formule et non un arc narratif. Il s’ingénie dès lors à reprendre les choses en main et place son héros dans une situation rapidement inextricable en fin de saison 1. Cette reprise en main brutale aurait pu ressusciter la série si la seconde saison s’était déroulée comme Cross et Elba le souhaitaient. Il n’en a rien été.

Car la saison 2 a été successivement annulée puis relancée puis raccourcie à quatre épisodes. Luther n’a, en fait, survécu que grâce à l’implication financière d’Idris Elba (devenu coproducteur). Mais, amputée d’un tiers de sa durée, écrite comme deux gros téléfilms de deux heures, elle a finalement été artificiellement divisée en quatre épisodes par la BBC. Les mathématiques, encore… Le saucissonnage est d’autant moins pardonnable que l’intrigue de la fin de saison 1, qui laissait Luther coincé, piégé et désespéré est expédiée en quelques dialogues hâtifs et les choses reprennent comme si de rien n’était ! Luther laisse un goût très amer : celui d’une intéressante création, en l’état très regardable, mais qui aurait pu prétendre à la stratosphère des séries policières.

Luther : saison 1 (6 x 52 min.) et 2 (4 x 52 min.).

L’INFO EN + : Neil Cross, le créateur de la série, a publié en août dernier en Grande-Bretagne un roman intitulé Luther : the calling. Le livre (The calling, l’appel, était le titre original de la série) offre une préquelle au Luther télévisé et retrace l’enquête dont on voit l’étrange conclusion dans les toutes premières minutes du pilote de la série. Pas de date de sortie française connue.

 Bande annonce (VO) de la série :

Author: François

Share This Post On

Trackbacks/Pingbacks

  1. A star is born | L'OEIL A VIF - un blog - [...] Luther: 1+1=3 [...]
  2. Luther 3 : premières infos ! | L'OEIL A VIF - un blog par François Coulaud - [...] après les résultats pas fameux obtenus lors des diffusions des saison 1 et 2. Ainsi que nous en parlions…

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This