Burton, von Trier, Lynch, Stone : leur première œuvre

premieres-fois

Elles avaient disparues, elles étaient restées sur une étagère ou leur auteur aurait bien aimé qu’elles ne ressortent jamais. Tous les réalisateurs ont une première fois au ciné. Voici ce que ça a donné pour quatre d’entre eux.

Tim Burton : Hansel & Gretel (1982)

Burton

Le pitch : le célèbre conte… mais avec des Japonais, du kung-fu et de la stop-motion !

Longtemps introuvable, cette version déjantée du conte Hansel & Gretel, réalisée pour le Disney Channel naissant est une petite perle à découvrir. Malgré l’absence très nette de moyens, l’imaginaire du réalisateur phosphore déjà d’importance.

Lars von Trier : Voyage à Squash Land (1967)

lars

Le pitch : les folles aventures et voyages d’une saucisse…

Ce film est l’oeuvre de Lars, à l’époque (1967) âgé de 11 ans : un mix d’animation et de stop-motion  rigolo et franchement bien fait pour un kid si jeune !

 

David Lynch : Dumbland (2002)

Lynch

Le pitch : les mésaventures d’un certain Randy avec sa brute de voisin, sa femme, un médecin fou…

Si Dumbland n’est pas le premier David Lynch, c’est en tout cas sa première et à priori unique incursion dans le dessin animé : déjanté, très violent, dessiné, mis en musique et bruité par Lynch en personne, une œuvre dérangeante mais étonnante à voir ici en intégralité.

 

Oliver Stone : La Reine du mal (1974)

Stone

Le pitch : Blackstone, écrivain d’horreur, fait tout le temps un cauchemar mettant en scène un bourreau, une reine du mal et un nain assassin. Quand il commence à écrire son livre, le cauchemar devient réalité…

Voici en intégralité, le tout premier long métrage qu’Oliver Stone a tout fait pour faire disparaître. Et pour cause, « La Reine du mal » (en anglais Seizure) est un pur nanar très mal bricolé par un Stone débutant en 1974. On vous prévient : la copie pique en prime les yeux 😉

 

Author: François

Share This Post On

Trackbacks/Pingbacks

  1. La La Lynch | L'OEIL A VIF - un blog par François Coulaud - […] autre réalisateur aux visions fortes et à l’univers trouble comme David Lynch. C’est ce que tente de montrer cette…

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This